Marlène Belly

Maître de conférences

Université de Poitiers, Sciences Humaines et Arts, dpt de musique et musicologie

Ethnomusicologue du domaine francophone

 

Contact :

Adresses électroniques : 

marlene.belly@wanadoo.fr ; marlene.belly@univ-poitiers.fr

Téléphone : +33 (0)6 18 92 31 61

 

Nouvelles publications :

 

2014 : « Trace écrite d'une mémoire collective : l'usage du timbre dans la chanson de tradition orale », in Schneider H. (dir.), Timbre-Praxis und Opernparodie in Europa vom 16. bis 19. Jahrhundert, Hildesheim, Olms, p. 85-100.

Résumé :

Marquée de longue date par le sceau de l'écrit, notre civilisation est, pour autant, riche d'un patrimoine musical de tradition orale qui, de fait, ne peut fonctionner en totale autarcie. L'approche de la chanson traditionnelle est, en ce sens, révélatrice. L'usage du timbre positionne de nombreuses pièces dans des états intermédiaires entre oral et écrit, savant et populaire : l'emploi de mélodies composées pour porter des textes transmis sur la chaîne des générations ou la reprise d'airs traditionnels dans les répertoires de scènes, de salons ou d'Église agissent sur les mécanismes de folklorisation. Ce propos tentera de cerner les conséquences des passages oral-écrit par le biais du timbre sur les processus de transmission et de mémorisation dans le répertoire chansonnier concerné. Il montrera que le glissement des airs entre culture écrite et patrimoine oral a largement contribué à définir l'état actuel de ce patrimoine.

2014 : « La composition sur timbre : regard anthropologique sur un genre hybride », in Charles-Dominique L., Pistone D., Defrance Y. (dir.), Fascinantes étrangetés, La découverte de l'altérité musicale en Europe au XIXème siècle, Paris, L'Harmattan, collection Ethnomusicologie et anthropologie musicale de l'espace français, p. 307-323.

Résumé :

Centré sur le répertoire chansonnier de tradition/transmission orale de l'espace francophone, ce texte s'attache à la présentation des genres dits « hybrides » ou « mineurs » relevant du processus de composition sur timbre. De par leur lien à l'écrit et aux milieux citadins, ils ont été, tout au long du XIXème siècle, au coeur de permanents élans de fascination/répulsion masquant bien souvent leur position charnière dans les dynamiques d'interférences et de circulation des répertoires.

Il s'agit de préciser les modes opératoires de ces genres musicaux afin de dégager leur place et leur rôle dans les permanents jeux de transferts et d'interconnexions qu'ils favorisent. L'arbitraire catégoriel qui a servi d'assise théorique à une grande partie de l'histoire contemporaine des Idées est ici une nouvelle fois dénoncé tandis que sont développées quelques raisons et conséquences du mutisme entretenu autour des répertoires de composition sur timbre. Le raisonnement s'appuie sur la mise en exergue de quelques chansons, présentées à titre d'exemples, mais, surtout, sur l'approche du milieu des sociétés chantantes qui, durant le XIXème siècle, conduit le genre à son apogée.

Abstract:

This paper focuses on French-speaking oral tradition/transmission songs, and more precisely on the presentation of so-called 'hybrid' or 'minor' genres pertaining to the timbre composition process. All through the 19th century, because of their links to writing and to city social circles, those genres have been the locus of constant fascination/repulsion attitudes, which more often than not obscured their pivotal position within the dynamic flows of repertoire interference and circulation.

Our aim is to explore the functioning of those musical genres to define their position and role in the uninterrupted transfers and interconnections they foster. The categorial underspecification that characterized the theoretical foundation of much of the contemporary work on intellectual history is again exposed, and we explore some of the reasons and consequences of why timbre composition repertoires have been so persistently ignored. To do so, we focus on a few songs that will exemplify our analysis, but also on a discussion of the singing societies which pushed the genre to a peak in the course of the 19th century.

Prochaines participations :

Présence de Marius Barbeau, L'invention du terrain en Amérique française : autour d'un legs centenaire (1914-2014)

2-5 octobre 2014, Domaine Forget, Saint-Irénée, Charlevoix, Québec
Colloque international organisé par la Société québécoise d'ethnologie, la Société d'histoire de Charlevoix et le Centre de recherche sur l'histoire et le patrimoine de Charlevoix

Comité scientifique : Serge Gauthier, Centre de recherche sur l'histoire et le patrimoine de Charlevoix ; Jean-Pierre Pichette, Université Sainte-Anne et Société québécoise d'ethnologie ; Jean Simard, Société québécoise d'ethnologie ; Bertrand Bergeron, Rabaska, revue d'ethnologie de l'Amérique française ; Christian Harvey, Société d'histoire de Charlevoix

Communication M. Belly :

Marius Barbeau, Patrice Coirault : de démarches pionnières en voies/voix de maîtres

En 1914, Marius Barbeau se lance dans la collecte des traditions orales des populations françaises du Canada. Cette même année, Patrice Coirault achève celle conduite sur l'Hexagone en Deux-Sèvres et Béarn autour de la chanson traditionnelle.

Deux hommes, deux oeuvres qui de manière indéniable ont marqué les recherches autour de la littérature orale. En s'en tenant au genre chanson de transmission orale, le propos mettra en regard les démarches de ces deux ethnologues. Il situera l'acte de collecte au coeur d'une réflexion scientifique et en précisera les apports tout autant distincts que complémentaires. Si ces deux pionniers ont largement ouvert la voie d'une anthropologie des faits musicaux alors naissante, il importera, également, de positionner leurs travaux dans la contemporanéité du champ disciplinaire.

Mais aussi :

26 septembre 2014, journée d'études organisée par le CIRIEF : « Les nouveaux enjeux de l'ethnomusicologie de la France : adapter les objectifs, les outils et les méthodes de recherche à la mutation rapide des terrains français »

4 - 14 octobre 2014 : accueil, suite à un accord entre l'université de Poitiers et celle de Tanjungpura de Pontianak, Kalimantan, d'un groupe d'étudiants de Bornéo.